TOUT SAVOIR SUR L'amiante avant travaux !

L’amiante a été utilisé dans des milliers de produits et sur de nombreux lieux de travail. Au début des années 1900, les scientifiques et les professionnels de la médecine ont commencé à remarquer un grand nombre de décès prématurés et de problèmes pulmonaires dans les villes minières et les usines de tissus d’amiante. L’amiantose une aujourd’hui responsable de maladies professionnelles indemnisables depuis 1945.

En 1928, il était bien établi en médecine, en science et en industrie que la poussière d’amiante libérée par tout produit contenant de l’amiante provoquait l’amiantose : en 1944, le cancer du poumon : en 1960, le mésothéliome, et en 1965 : divers autres cancers. Pourtant, l’amiante n’a pas été éliminé de la plupart des produits avant les années 1970 et 1980, et il subsiste encore aujourd’hui dans certains produits.

De nombreux propriétaires de vieilles maisons sont surpris d’apprendre que l’amiante a été utilisé dans des milliers de matériaux de construction jusqu’à la fin du XXe siècle. Heureusement, les matériaux contenant de l’amiante ne présentent pas de danger pour les résidents s’ils sont en bon état. C’est lorsque ces matériaux se décomposent en états friables que l’amiante devient un danger.

Définition de l’amiante

L’amiante est un ensemble de six minéraux silicatés naturels autrefois utilisés commercialement pour leurs propriétés physiques souhaitables. L’inhalation de fibres d’amiante peut provoquer des maladies graves, notamment le cancer du poumon, le mésothéliome et l’amiantose (un type de pneumoconiose). Le commerce et l’utilisation de l’amiante ont été restreints ou interdits dans de nombreuses juridictions, bien que la France importent encore actuellement des minéraux d’amiante pour les utiliser dans des produits commerciaux.

Où trouve-t-on de l’amiante à la maison ?

Pour les propriétaires, le risque d’exposition à la substance mortelle augmente lors d’une rénovation ou d’un réaménagement. Si vous envisagez de travailler sur une maison construite avant 1990, il serait sage de supposer que de l’amiante est présente.

Vous vous demandez où se trouve l’amiante dans les vieilles maisons ? Consultez notre guide ci-dessous pour savoir où l’amiante pourrait être présent. Vous serez ainsi informé des dangers possibles dans votre maison. Attention, le diagnostic de votre maison doit être fait par un professionnel.

Isolation

Plafonds

Murs intérieurs

L’isolation en vermiculite des greniers des maisons construites entre les années 1920 et la fin des années 1980 peut être contaminée par de l’amiante. L’état demande aux propriétaires de ne pas déranger l’isolation en vermiculite et de supposer qu’elle contient de l’amiante, pour leur protection.

On trouve de l’amiante sur les plafonds des maisons sous différentes formes, notamment des carreaux et de la peinture texturée. De nombreuses maisons anciennes contiennent des plafonds en « pop-corn », créés par des peintures en aérosol qui contenaient de l’amiante jusque dans les années 1980.

Certains carreaux muraux et peintures texturées étaient composés de fibres d’amiante jusque dans les années 1980.

Mastic pour vitres

Poêles à bois / Cheminées

Garages

Les fibres d’amiante ont ajouté de la force et de la résistance au feu pour les différents mastics utilisés dans les maisons, en particulier autour des fenêtres.

Les murs et les sols autour des poêles à bois peuvent être protégés par du papier d’amiante, du carton ou des feuilles de ciment. Les braises, les bûches et les cendres de faux foyers plus récents peuvent contenir cette substance.

Les garages et remises plus anciens peuvent être construits avec des panneaux et des tuiles en amiante pour les murs et le toit, ainsi qu’avec des tuyaux isolés en amiante.

Si vous travaillez sur des voitures dans votre garage, vous risquez également d’y être exposé à l’amiante, car il était utilisé dans les freins, les joints et les embrayages des véhicules jusqu’à très récemment.

Façade/Stuc

Placo-plâtre/pare-feuilles

Sols

Dans certaines vieilles maisons construites avant les années 1980, les bardeaux de revêtement et le stuc étaient faits d’amiante-ciment pour les renforcer, accroître leur durabilité et assurer l’ignifugation des maisons.

Les plaques de plâtre ou les cloisons sèches utilisées pour construire les murs des maisons ne contenaient généralement pas d’amiante, à moins qu’elles ne soient ignifugées, par exemple autour des cages d’ascenseur. Cependant, le ruban adhésif, la texture, le revêtement et la pâte à joint utilisés sur et entre les cloisons sèches contenaient de l’amiante jusqu’en 1979.

Les carreaux de sol en vinyle et l’amiante-colle qui les a fixés au sol se trouvent souvent dans les vieilles maisons. Ces carreaux étaient peu coûteux, durables et faciles à installer, mais ils présentent aujourd’hui un risque pour les propriétaires s’ils se décomposent et se détériorent, ou s’ils sont poncés, percés ou grattés

Conduits de chauffage

Chauffe-eau

Chaudières

L’amiante-ciment, l’isolation, le ruban adhésif et le tissu étaient tous utilisés dans et autour des conduits de chauffage.

Vous trouverez de l’amiante dans les chauffe-eau : il se trouve dans la couverture isolante à l’intérieur du couvercle métallique.

Jusqu’à la fin des années 1970, l’isolation en amiante était utilisée pour isoler l’extérieur et l’intérieur des chaudières.

Exposition à l’amiante et son lien avec le cancer

L’exposition à l’amiante peut entraîner des maladies graves, débilitantes et souvent mortelles. Il s’agit notamment du mésothéliome, du cancer du poumon, de divers autres cancers, de l’asbestose et de la maladie de la plèvre.

Il n’existe pas de niveau « sûr » d’exposition à l’amiante, et il s’écoule généralement une période de 10 à 50 ans avant qu’une victime de l’amiante ne présente les premiers symptômes cliniques d’une maladie de l’amiante.

Des niveaux d’exposition à l’amiante dangereusement élevés ont été constatés dans divers milieux professionnels, notamment sur des chantiers de construction, des chantiers navals, des raffineries, des usines, des aciéries, des papeteries, des chemins de fer, des ateliers de réparation automobile et des mines. Une exposition potentielle à l’amiante peut également se produire dans les écoles, les bâtiments publics et même dans votre propre maison si les produits à base d’amiante sont perturbés ou endommagés. Les experts s’accordent à dire que les familles dont un proche travaille avec de l’amiante en dehors du domicile familial courent un risque accru de développer une maladie liée à l’amiante s’ils ont aidé à la lessive ou même accueilli cette personne chaque jour en rentrant du travail.

Maladies de l’amiante les plus courantes

L’exposition à l’amiante peut provoquer des maladies graves, notamment le mésothéliome et le cancer du poumon dû à l’amiante. Si vous respirez des fibres d’amiante dans vos poumons, une partie de ces fibres se déposera dans les voies respiratoires et sur les cellules qui composent vos poumons. Certaines fibres restent piégées dans les poumons, ce qui provoque de graves lésions respiratoires.

Les fibres qui dégagent les poumons sont entraînées dans une couche de mucus jusqu’à la gorge, où elles sont avalées dans l’estomac. Elles peuvent rester coincées dans les membranes qui tapissent l’estomac ou les intestins, ou être distribuées dans tout le corps par le sang. Où qu’elles se trouvent, ces fibres peuvent favoriser des « erreurs » génétiques dans la division cellulaire, qui peuvent conduire au cancer.
Les maladies de l’amiante comprennent le mésothéliome, le cancer du poumon et l’amiantose :

  • Le mésothéliome malin : Une forme rare de cancer qui affecte les fines membranes qui tapissent l’abdomen et la poitrine.
  • Cancer du poumon dû à l’amiante : Cancer du poumon. Les deux types de cancer du poumon les plus courants sont le cancer à petites cellules et le cancer non à petites cellules.
  • Asbestose : Une maladie non maligne qui provoque des cicatrices dans le tissu pulmonaire.
  • Maladie pleurale de l’amiante : Maladie non maligne qui provoque des cicatrices sur les fines membranes qui tapissent le poumon et la poitrine.

L’amiante peut également provoquer des cancers du tube digestif, du côlon, du larynx, de l’œsophage, des reins et certains types de lymphomes. Ces maladies de l’amiante peuvent être dues à l’ingestion de certaines des fibres d’amiante les plus longues qui sont prises dans les voies respiratoires supérieures et qui sont transportées à la gorge dans le mucus.

Professions à haut risque liées à l’amiante

Bien que l’utilisation de l’amiante ait été en grande partie éliminée en France, de nombreuses personnes qui ont été exposées à l’amiante au cours des dernières décennies ne présentent que maintenant les symptômes de maladies liées à l’amiante :

  • Mécanique automobile,
  • Travailleurs de la construction
  • Poseurs de cloisons sèches
  • Électriciens…

Un certain nombre de personnes ont contracté une maladie liée à l’amiante en raison de leur exposition professionnelle. Cependant, l’exposition professionnelle ne se limite pas aux travailleurs eux-mêmes. De nombreuses autres personnes ont été exposées à l’amiante par contact avec quelqu’un qui, sans le savoir, a ramené des fibres d’amiante sur ses vêtements, ses cheveux ou son corps.

Les listes de matériaux amiantés :

Avez vous déja entendu parlé des listes de matériaux amiantés ? Les listes A, B et C, sont définies par la réglementation et regroupent les matériaux contenant de l’Amiante pour gérer efficacement les risques induits par chaque type de matériau.

  • La liste A regroupe tous les matériaux qui peuvent libérer des fibres d’amiante de par leur usure normale.
  • La liste B regroupe tous les matériaux accessibles « sans travaux destructifs » qui peuvent libérer des fibres d’amiante lorsqu’ils sont soumis a une action telle que frottement, perçage…
  • La liste C sont ceux faisant indissociablement corps avec le bâtiment : dangereux en réalisant des travaux destructifs.

Les matériaux doivent être repérés lors d’un diagnostic amiante spécifique. On fait alors une évaluation de leur état de conservation afin d’écarter au maximum les situations à risque.